Magi, les milles et une nuits

Le manga Magi commence avec un principe simple : des labyrinthes, des djinns et un petit garçon appelé Aladdin.

Entamé ainsi, on peut croire à une adaptation d’un conte des milles et une nuits, cette saga orientale où Shéhérazade raconte chaque nuit pendant presque quatre ans une histoire au Sultan pour échapper à la mort…

Et bien ce n’est pas loin du tout. Magi peut être considéré comme un remake de ces histoires épiques ; mais tout n’est pas aussi facile.

En effet, car après Aladdin, voici Ali-Baba, Sinbad et d’autres protagonistes (tous gentils ces protagonistes ?!), ainsi qu’une panoplie de méchants très méchants, peu crédibles ou encore hilarants et mieux encore ! Des Djinns et des Magis, ces magiciens surpuissants aimés des Rokhs…

Résultat de recherche d'images pour "magi the labyrinth of magic"
(c) SensCritique

 

Magi ne peut pourtant pas appartenir entièrement à la catégorie Shonen des mangas. Malgré les caractères drôles et naïfs des personnages principaux, on ne peut oublier la violence de certains thèmes abordés comme l’esclavage, les enfants battus et autres. De plus, certains points du manga sont très compliqués à comprendre, notamment lors des derniers arcs, et les épisodes de l’anime sont à revoir au moins deux fois.

Pourtant, cette œuvre est un vrai rafraîchissement pour les fans d’anime et mangas. Car Magi est extrêmement original, dans les aventures des héros ou encore les pays choisis par la mangaka.

Ainsi, on retrouve dans le pays de Kou, l’empire chinois à son âge d’or ; à Parthévia, la Perse Vieillissante ; à Reim, Rome et les débats sur les esclaves et dans la ville indépendante de Balbadd, Bagdad la ville des Sultans.

Résultat de recherche d'images pour "magi the labyrinth of magic"
(c) Cinemur

 

Les personnages sont un autre bon point important.

Tous ont vécu des choses plus ou moins dures et se retrouvent à lutter pour des causes différentes. Ils sont tous (presque sans exception) drôles et touchants, et la mangaka n’hésite pas à nous livrer des anecdotes hilarantes à leur sujet à la fin de chaque tome du manga.

Chaque personnage a son histoire et ses problèmes, certains mettront tout le manga à les résoudre (comme Ali-Baba et l’histoire de Balbadd), d’autres nous garderont la surprise jusqu’à ce qu’on ne puisse que les plaindre (Hakuryuu et sa mère par exemple).

Ils sont tous humains, ni totalement gentil ni totalement méchants, poursuivant leurs propres buts au nom du prétendu Bien ou pour leur propre personne.

C’est un plaisir de les voir évoluer dans cet univers si atypique.

 

Résultat de recherche d'images pour "magi the labyrinth of magic"
(c) Daily Geek Show

 

Magi en chiffres :

__ 28 tomes parus en France (terminé au Japon)

__ 2 saisons anime (Magi the labyrinth of magic, Magi the Kingdom of Magic)

__ 1 Spin-off, Sinbad no Bouken (en manga et adapté en animation)

 

 

Résultat de recherche d'images pour "magi the labyrinth of magic judal"
(c) Nautiljon

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s